AccueilMes démarchesBien vieillirAccompagner les aidantsSoutien aux aidants

Soutien aux aidants

Le conseil départemental et ses partenaires ont mis en place différents dispositifs pour prévenir l’épuisement des aidants familiaux. Ces dispositifs leur permettent de trouver des solutions de répit pour récupérer de l’énergie, d’échanger avec d’autres aidants, prendre de la distance et déculpabiliser, mais aussi de trouver des aides financières pour continuer d’aider leur proche fragilisé. L’aidant manque souvent de reconnaissance et doit pouvoir faire des choix pour protéger sa santé.

QUi sont les aidants ?

L’aidant, le plus souvent un membre de la famille, conjoint, parent ou enfant, est la personne qui accompagne au quotidien un proche en perte d’autonomie, à son domicile ou non. Les aidants n’exercent pas cet accompagnement de manière professionnelle mais subissent toutefois les répercussions sur leur santé du rôle qu’ils assurent

Pour permettre à un proche de bien vieillir et de bien vivre dans un espace familial, les aidants font souvent face à certaines difficultés physiques et/ou morales : problèmes de dos, épuisement, isolement, charge mentale, dépression, burn-out …

Pour prévenir ces difficultés, le Département avec l’aide de ses partenaires, a mis en place différents dispositifs pour soulager les aidants au quotidien et leur permettre de continuer à prendre soin de leur proche dans les meilleurs conditions possibles.

Les solutions de répit pour les aidants

S’informer et échanger

Le volume horaire nécessaire pour accompagner un senior ou un proche en situation de handicap peut vite devenir très conséquent. Les aidants en prenant soin de leur proche peuvent alors rapidement se sentir isolé. De plus, la personne aidée étant souvent un proche de la famille, l’implication émotionnelle devient évidente. Des sentiments mêlant impuissance ou culpabilité peuvent alors survenir et devenir difficile à gérer pour le proche aidant. Ne pas rester seul face à ces difficultés et s’accorder des moments de pause est essentiel pour préserver sa santé physique et mentale.

Rencontrer d’autres aidants faisant face à des situations similaires permet de partager ses doutes et inquiétudes. Ces échanges apportent un soutien nécessaire pour se ressourcer, se décharger ou se divertir, ils peuvent être également l’occasion de s’informer sur la maladie dont est atteint le proche aidé ou de connaitre les aides disponibles et les démarches à entreprendre.

Des lieux de soutien et de partage d’expériences sont présents dans tout le département de la Manche :

  • Les centres locaux d’information et de coordination (CLIC) organisent tout au long de l’année des ateliers créatifs, des cafés-rencontres, des activités aidants/aidés (relaxation, sorties culturelles, yoga du rire, sophrologie etc…).
  • Un nouveau dispositif expérimental dans le Cotentin : L’Espace Ressources en faveur des Aidants.
  • Proche du modèle des relais d’assistants maternels, l’ERAD est un dispositif expérimental porté par le CLIC Nord-Est du Cotentin pour un an et voué à être déployé sur d’autres territoires. Proches et aidants professionnels et/ou bénévoles qui œuvrent au maintien à domicile des personnes âgées et handicapées peuvent s’y former, s’informer, échanger et se reposer.

Contact

Contactez l’ERAD

Adresse : Clic Nord-Est Cotentin

Place de l’Eglise

Saint-Vaast-la-Hougue

Horaires : Tous les jours du lundi au vendredi

Téléphone : +33 2 33 43 46 32

Site internet : Site internet

Des permanences de proximité sont proposées 3 après-midis par semaine à Montebourg, Valognes et Saint-Pierre-Eglise.

  • Montebourg : le lundi de 14h à 17h, Pôle de proximité, 6 rue Général Leclerc
  • Valognes : le mardi de 14h à 17h, Maison des services publics, 22 rue de Poterie
  • Saint-Pierre-Eglise : le jeudi de 14h à 17h, Pôle de proximité, 9 rue de la Boularderie

Prendre contact par téléphone : 06 71 97 39 43

L’accueil temporaire : une solution pour soulager l’aidant

Prendre des temps de repos pour souffler, décompresser et continuer à prendre soin de soi est indispensable pour le proche aidant afin qu’il puisse récupérer de l’énergie et la conserver dans la durée. Ces moments de répits sont bénéfiques pour l’aidant mais également pour le proche fragilisé qui bénéficiera d’un accompagnement adapté à sa situation.

L’accueil temporaire, pour les personnes fragilisées, consiste à trouver des solutions avec ou sans hébergement pour relayer les aidants sur une courte durée (de quelques heures à plusieurs jours).

Concilier sa vie professionnelle et son rôle d’aidant

Afin d’accompagner un proche en perte d’autonomie importante ou en fin de vie, des dispositions sont prévues par la loi pour les salariés du privé et les fonctionnaires : elles permettent de prendre des congés spécifiques ou d’adapter le temps de travail.

  • Le congé de proche aidant pour les salariés du privé

Il s’adresse aux salariés qui souhaitent suspendre leur contrat de travail pour s’occuper d’un proche présentant un handicap ou une perte d’autonomie d’une particulière gravité. Ce congé, non rémunéré, est de droit pour le salarié qui en fait la demande (loi du 28 décembre 2015 relative à l’adaptation de la société au vieillissement transformant le congé de soutien familial en congé de proche aidant).

  • Le congé de solidarité familiale pour les salariés et les fonctionnaires

Le congé de solidarité familiale permet de s’absenter pour accompagner un proche en fin de vie. Sa durée maximale est de trois mois, renouvelable une fois. Avec l’accord de l’employeur, il peut être pris à temps partiel. Ce congé n’est pas rémunéré. Ce congé est de droit si le salarié remplit les conditions pour en bénéficier : il ne peut donc pas être reporté ni refusé par l’employeur.

À noter

La loi n° 2019-1446 du 24 décembre 2019 de financement de la sécurité sociale pour 2020 prévoit l’indemnisation du congé de proche aidant. Un décret d’application doit préciser les conditions et le montant de l’indemnisation. Le congé de proche aidant indemnisé concerne tous les salariés du secteur privé, les agents du secteur public, les indépendants ainsi que les demandeurs d’emplois.

Découvrez les modalités.
  • La disponibilité et le temps partiel pour les fonctionnaires

La disponibilité

Un fonctionnaire en disponibilité cesse d’exercer son activité professionnelle pendant une certaine période. Il ne bénéficie plus de sa rémunération et de ses droits à l’avancement et à la retraite. Un fonctionnaire a le droit de demander sa disponibilité pour donner des soins à un proche, conjoint ou parent, atteint d’une maladie grave ou d’un handicap. La disponibilité est accordée pour une durée maximum de trois ans avec possibilité de renouvellement.

Le temps partiel de droit

Un fonctionnaire a le droit d’obtenir un temps partiel pour donner des soins à un proche, conjoint ou parent, atteint d’une maladie grave ou d’un handicap nécessitant la présence d’une tierce personne.

Les aides financières pour aider l’aidant

  • Des temps de répit ou de relais financés pour les proches des bénéficiaires de l’APA ( Allocation personnalisée d’autonomie)

L’APA peut être utilisée pour financer des frais d’accueil de jour ou d’hébergement temporaire. Afin de leur permettre de se reposer ou de dégager du temps, la loi relative à l’adaptation de la société au vieillissement instaure un nouveau droit au répit pour les proches aidants :

• de personnes bénéficiaires de l’APA (allocation personnalisée d’autonomie), assurant une présence ou une aide indispensable à la vie à domicile de leur proche, et qui ne peuvent être remplacés par une personne de leur entourage pour assurer cette aide.

  • L’allocation journalière d’accompagnement d’une personne en fin de vie (AJAP)

L’AJAP, versée en cas d’accompagnement d’une personne en phase avancée ou terminale d’une affection grave et incurable, peut être attribuée

  • au bénéficiaire d’un congé de solidarité familiale,
  • à une personne qui suspend ou réduit son activité professionnelle (travailleur non salarié, exploitant agricole, profession libérale…)
  • ou à un demandeur d’emploi indemnisé.

Les aides techniques

  • Une plateforme de services et de matériel médicalisé recyclé : PEP 50 Autonomie

Le conseil départemental a permis la mise en place via le soutien de la Conférence des Financeurs d’une plateforme de services et matériels adaptés : PEP 50 Autonomie.
PEP 50 Autonomie met en place une activité de collecte des aides techniques non utilisées afin de les rénover et de les remettre à disposition. Elle fournit également des produits neufs lorsque le matériel rénové ne permet pas de répondre aux besoins. Des ergothérapeutes et un conseiller technique handicap sont également présents afin de conseiller chaque personne selon sa situation.

salle d'exposition de PEP 50 Autonomie

PEP 50 Autonomie

11, rue de Tessy

50750 BOURGVALLEES GOURFALEUR

Tel : 02.33.74.95.08

Mail : pep50autonomie.contact@pep50.fr

La formation des aidants

L’association France Alzheimer met en place de nombreuses actions pour accompagner les malades et leurs proches souvent démunis face à cette pathologie. C’est ainsi que l’association France Alzheimer & maladies apparentées propose des formations gratuites pour les « aidants », et des actions d’aide et de soutien.

Ressources externes

Les fiches en Facile à lire et à comprendre (FALC)

Voir aussi