En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites. En savoir plus

Ok

Youtube : la chaine TV Manche

Flickr : albums des grands évènements

Youtube : la chaine TV Manche

Flickr : albums des grands évènements

Plan Bocage 2017 -2021

Préserver et valoriser le bocage

Le bocage fait partie du patrimoine naturel de la Manche.La Manche étant le premier département bocager de France avec un linéaire de 55 000 kms de haies.Cependant 20 000 km de haies ont disparu en 20 ans alors que le bocage assure de nombreuses fonctionnalités agronomiques et écologiques. C'est pourquoi le Département de la Manche a voté en septembre 2017 un plan bocage qui implique 2 acteurs majeurs des territoires : les agriculteurs et les collectivités.

Le plan bocage : un effort financier de 4 Millions d'euros sur 5 ans

Cette démarche s'articule autour de 2 axes complémentaires et indissociables :

► l'accompagnement des exploitants agricoles dans une gestion dynamique et durable de leurs haies

► le soutien de territoires pilotes, acteurs-relais de la valorisation système bocager

Les exploitants agricoles vont bénéficier de l'aide départementale sous différentes formes :

- Proposition de conseil gratuit aux agriculteurs avec l'appui des partenaires locaux diagnostic de l’existant, évaluation des besoins et contraintes, identification des opportunités et définition d’un plan pluriannuel des haies. Les exploitants doivent s’engager à gérer, évaluer, entretenir et maintenir le bocage.

- Développement de la plantation des haies en passant de 75 000 à 500 000 euros du budget annuel engagé depuis 30 ans, par une subvention forfaitaire de 2,80 €/ml* (50 % du coût moyen) pour la création de haies à plat, ou 10 €/ml* (80 % du coût moyen) pour celle de haies sur talus. Une bonification de 10 % sera appliquée aux projets portés par les propriétaires exploitants et à ceux qui concourent à rétablir les continuités écologiques (Trame verte et bleue).

- Optimisation de l’entretien de ces haies, via l’aide aux petits investissements pour divers matériels, et poursuivre notre action de sensibilisation et de structuration de la filière bois commencée il y a 10 ans, en partenariat avec la FR CUMA.

Le conseil départemental soutient les territoires pilotes

Depuis le 1er janvier, la gestion des milieux aquatiques et prévention des inondations (loi Gemapi) est une compétence obligatoire des EPCI. La préservation des paysages et le rôle hydraulique des haies en font partie. Le conseil départemental a proposé aux territoires (EPCI, communes nouvelles…) de devenir acteurs-relais de notre politique, en s’engageant dans la conduite d'études et de travaux d'aménagement bocager, selon un cahier des charges précis.(cf infographie ci-dessous)

Le conseil départemental soutiendra leurs frais d’ingénierie, à hauteur de 50 % du montant des salaires et charges du technicien bocage ou du coût de la prestation (plafonné à 40 000 €HT, avec possibilité d’externaliser la mission, sur trois ans). Ces collectivités pilotes pourront également se voir déléguer une enveloppe pour gérer en direct les aides départementales à la plantation de haies sur leur territoire.

Téléchargez le Plan bocage 2017-2021

Plan Bocage 2017-2021

277 ko - Dernières modifications : 21/09/2017

Les chaufferies biomasse : un énorme gisement d'énergie renouvelable

Le bocage manchois, c’est aussi un énorme gisement d’énergie renouvelable, avec un potentiel de production annuelle de 750 000 m3 (60 000 tonnes équivalents pétrole).Dès 2005, le Département a initié la création du groupement de producteurs Haiecobois et la construction d’une vingtaine de chaufferies bois dans les collèges, auxquelles s’ajouteront bientôt cinq autres.

Parallèlement, il accompagne les investissements des collectivités locales en matière de bois-énergie (plateformes de stockage, chaufferies, réseaux de chaleur…). Mais ces aides sont peu mobilisées, eu égard à la complexité du montage technique et financier de tels projets. C’est pourquoi les crédits ont été réaffectés directement vers le syndicat départemental d’énergies de la Manche (SDEM50), qui a intégré une compétence optionnelle de production et distribution publique de chaleur et engagé 10 études de faisabilité “ bois énergie ” pour le compte de ses communes membres.

Ce partenariat pour une maîtrise d’ouvrage déléguée permettra par ailleurs aux petites communes de bénéficier d’un cofinancement de l’ADEME pour leurs études et travaux d’installation de chaufferies biomasse.

L'exemple de la chaufferie bois à Saint-Ébremond-de-Bonfossé

Mise en service début octobre, la chaufferie dessert un réseau de chaleur enterré de 100 ml, comprenant l’école, la garderie, le restaurant scolaire, la bibliothèque et deux logements communaux. Alimentée par le bois déchiqueté issu de la plantation de saules de la station d’épuration communale, elle s’inscrit dans la continuité de la filière locale de bois énergie et constitue un exemple environnemental pour les habitants du territoire. Son coût : 199 238 €HT, dont 27 991 € d’aide départementale (contrat de territoire avec Saint-Lô Agglo), 80 600 € de l’ADEME et du LEADER du Pays Saint-Lois, 42 600 € de l’État (dotation aux équipements des territoires ruraux) et un autofinancement de la commune de 47 900 €.

Chaufferie à Saint-Ébremond-de-Bonfossé




Conseil départemental de la Manche - 50050 Saint-Lô cedex - 02 33 055 550