En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites. En savoir plus

Ok

Youtube : la chaine TV Manche

Flickr : albums des grands évènements

Voir toutes les rencontres avec un Manchois

Stéphan Lemarchand

07/09/2011

« L'envie de ne rien lâcher ! »

A tout juste 40 ans, Stéphan Lemarchand, ex-footballeur professionnel originaire de Saint-Lô, a déjà une carrière bien remplie. Après avoir eu l’opportunité d’affronter les plus grands joueurs sur les terrains, c’est aujourd’hui en coulisses, au sein du prestigieux club de l’Olympique Lyonnais, qu’il travaille auprès d’eux.

card.photo2.description Jean-Michel Aulas - Stéphan Lemarchand

card.photo3.description Stéphan Lemarchand au Stade Malherbe de Caen

card.photo4.description Ronaldinho - Stéphan Lemarchand

S'il a désormais déchaussé ses crampons, Stephan Lemarchand est resté dans le « milieu » du foot de haut niveau. Rencontre avec l’un des rares joueurs manchois à avoir évolué en première Division !

Du club de Condé à la D1

Ses premiers pas, il les fait au club de Condé-sur-Vire, auquel il reste fidèle jusqu’à ses 20 ans. Jack Bigard, son premier entraîneur senior, resté un ami de la famille, l’a « vu grandir » et progresser. C’est d’ailleurs lui qui le conseillera au stade Malherbe de Caen : « J’en ai un bon à Condé ! », se souvient-il encore. Stéphan était « un joueur explosif sur le terrain, qui avait une grosse niaque, un excellent dribbleur et un très bon joker qui savait faire la diff’ ». Et la presse locale ne tarit pas non plus d’éloges à l’époque sur le jeune joueur : « Tout le monde sait depuis longtemps qu’il a un talent fou », « ce joueur d’instinct n’a certainement pas fini de séduire » (source Ouest France -1993). Ses bonnes performances conduisent donc la formation caennaise, alors en D1, à le recruter en 1994. « Si devenir pro n’était pas mon souhait numéro un gamin, ça l’est devenu quand j’ai été sûr que le foot m’apporterait quelque chose en retour. J’étais prêt à faire des sacrifices pour, mais je voulais d’abord me consacrer à mes études », confie Stéphan. Il suit en effet parallèlement des études de management du sport. « J’ai eu la chance de jouer contre des grands joueurs comme Zidane, parmi tant d’autres. J’avoue, mes premiers matchs en D1 étaient très impressionnants ! ».

Une reconversion réussie

Son parcours professionnel l’amène ensuite à rejoindre plusieurs clubs en D2, puis à tenter l'aventure en Angleterre, avant de signer avec le club amateur de Schiltigheim, où il restera cinq saisons. Une expérience dont il retient particulièrement « la bonne ambiance, l’osmose au sein du groupe », mais aussi des moments marquants, comme son troisième quart de finale en Coupe de France. C’est en 2006 qu’il prend sa retraite sportive en mettant un terme à sa carrière, qu’il qualifie avec humilité de « moyenne ». Grâce à son bagage universitaire, il saisit une belle opportunité de reconversion et est engagé au siège d’Adidas à Strasbourg, comme représentant, puis chef de produit de la gamme sport collectif, ce qui l’amènera entre autres à se charger des maillots destinés à la Coupe de France ! Après quatre ans passés en Italie, notamment auprès du Milan A/C, Stéphan est aujourd’hui basé à l’Olympique Lyonnais, au sein duquel il s’occupe du partenariat entre le club et la marque aux trois bandes. Aux petits soins des joueurs, il les conseille et leur propose les équipements les plus adaptés.

Porté par des modèles

Stéphan est loin d’avoir pris la grosse tête, lui qui se définit comme un joueur « pas spécialement talentueux », mais porté par « l’envie de ne rien lâcher sur le terrain », un caractère qu’il dit tenir de son père. Un « modèle » pour lui, avec qui il allait voir tous les matchs. Parmi les personnes « qui ont beaucoup compté », Stephan n’oublie pas de souligner le rôle de ses entraîneurs de Condé, Jack Bigard et Rodolphe Germain, mais aussi Pascal Théault, son entraîneur à Caen.
Avec une modestie presque déroutante, il affirme : « aujourd’hui je passerais inaperçu auprès des jeunes de Condé » … Pas sûr ! En tout cas, c’est avec fierté que le club expose son maillot n°10 de l’époque dans le club-house et que Jack Bigard nous confie encore avec admiration : « Stephan est resté quelqu’un de profondément simple. Son parcours pourrait être pris en exemple »…

 

Source : Manche mag' n°24 (Septembre 2011)




Conseil départemental de la Manche - 50050 Saint-Lô cedex - 02 33 055 550