En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites. En savoir plus

Ok

Youtube : la chaine TV Manche

Flickr : albums des grands évènements

Youtube : la chaine TV Manche

Flickr : albums des grands évènements

Discours du Président du Conseil départemental

Discours d'inauguration du Stand Manche au Salon de l'agriculture 2016

Discours d'inauguration du Stand Manche au Salon de l'agriculture 2016

Paris-Salon International de l'Agriculture - 28/02/2016

Chers amis,

Je suis heureux de vous accueillir sur notre stand de la Manche en Normandie. Comme vous avez pu l’observer, cette année, toute la Normandie unifiée ou réunifiée se retrouve sur le même espace et je crois que c’est une très bonne chose.

Je voudrais d’abord saluer le sénateur Lindon Farnham qui est là. Le sénateur Farnham  est ministre de beaucoup de choses, notamment de l’économie de Jersey. Je suis très heureux que le sénateur Farnham soit avec nous pour l’inauguration des stands de la Manche, car nous avons une convention avec Jersey, depuis 3 ans, pour que Jersey s’associe à nos initiatives au Salon de l’agriculture. 

Nous avons beaucoup d’admiration pour les productions agricoles de Jersey, Pascal Ferey en particulier, il me le dit souvent, déguste chez lui la pomme de terre « Jersey Royal », et il est aussi admirateur des vaches Jersiaises, pas au point d’en avoir dans son troupeau, mais tout de même. Et puis vous êtes venus avec la bière de Jersey, nous vous en remercions, nous y goûterons tous les jours ; sur les stands de la manche, nous aurons plusieurs fois par jour à déguster les productions de Jersey. Merci d’être-là.

Je suis heureux aussi de saluer monsieur le président de la chambre d’agriculture,  je me tiens à carreau à chaque fois qu’il est là, mais bon, il est très gentil avec moi donc ça se passe bien.  L’importance de la chambre d’agriculture de la Manche n’est pas à démontrer et la participation de Pascal Ferey à cette inauguration montre à quel point nous travaillons ensemble étroitement dans cette période si difficile pour notre agriculture. 

Manche tourisme est là, il y a le président Julienne, vous l’avez vu ; parce que le tourisme rural, c’est aussi très important et notre département assure sa promotion en même temps au Salon de l’agriculture, pour le tourisme.

Nous avons la section régionale de la conchyliculture, nous avons aussi notre vice-président qui s’occupe de l’agriculture et puis Maryse Hédouin qui s’occupe de l’agriculture et puis j’ai envie de saluer tous nos collègues qui montrent leur attachement à l’agriculture de la Manche, en étant venu très nombreux, je ne vous ai même pas compté, mais vous êtes une quinzaine à mon avis et puis les conjoints qui sont venus, je les remercie les conjoints aussi, d’avoir fait le déplacement de Paris pour que le pacte de la Manche soit réuni, alors Monsieur Windsor je vous remercie de tout ce que vous faites pour la bonne organisation de ce salon, et pour la Normandie, qui est un point très important. Et puis je salue aussi les représentants de la profession agricole, qui sont à côté du président de la chambre de l’agriculture, Sébastien Amand, M. Leclerc et quelques autres que j’ai aperçu toute à l’heure, et Michel Hamel qui est là, que j’aperçois aussi. 

Bon alors, mes chers amis, on inaugure ce salon de la Manche, on ne peut pas faire comme si la crise n’existait pas, je crois qu’on va être conduit à en parler un petit peu, mais je crois que l’importance pour nous au Salon de l’agriculture - et j’ai apprécié les déclarations de Pascal Ferey à cet égard - c’est de montrer nos atouts, c’est de montrer la qualité de nos productions, c’est de montrer aussi la qualité de la transformation et je crois que c’est absolument l’essentiel. Ici au Salon de l’agriculture il y a des centaines de milliers de Parisiens et de personnes qui ne connaissent pas l’agriculture et nous allons bien sûr montrer nos difficultés, mais nous allons surtout montrer nos atouts et la qualité de nos productions agricoles, ce qui me parait tout à fait essentiel. 

Dois-je rappeler, non je ne devrais pas le faire parce que vous le savez tous, que nous sommes un département producteur de lait, au point d’avoir un sixième de la production française, ce qui est énorme ? Dois-je rappeler que pour la viande, les légumes, la filière équine, premier producteur de selles français, c’est la Manche ? Dois-je rappeler que pour la pêche et la conchyliculture, nous sommes parmi les départements les mieux placés ? Dois-je rappeler que pour la transformation nous sommes aussi un département et une région extrêmement puissants ?

On a pris l’habitude d’opposer la transformation et la production, mais nous savons bien que si nous n’avions pas la transformation puissante que nous avons à nos portes et bien la production elle-même en souffrirait, alors aujourd’hui la recherche d’un meilleur équilibre entre production et transformation est dans toutes les têtes, elle est essentielle et pour autant nous devons absolument avoir conscience de la force de notre transformation, c’est un atout puissant pour l’avenir. Pour autant nous savons aussi que notre crise agricole est une crise profonde, je crois que nous en sortirons, je veux dire ma confiance,  je sais aussi qu’elle n’est pas seulement conjoncturelle, et j’ai conscience moi-même, comme tous les élus de la Manche que l’agriculture Manchoise ne sera plus la même à la fin de la crise qu’elle ne l’était avant.

Nous devons accompagner ces transformations à tous égards, nous devons agir pour la performance de notre agriculture, notre collectivité. Le département de la Manche a les moyens qu’il a mais il les met à disposition des exploitants agricoles pour la réussite de la ferme Manche. Je sais bien aussi que tout ne dépend pas de nos propres efforts, nous avons le problème des prix, nous avons le problème des coûts, nous avons le problème de cette politique européenne qui a pris un tournant, je le dis, trop libéral, nous avons le problème des négociations internationales, nous avons le problème de l’embargo russe, mais nous avons avant tout nos propres problèmes à régler. 

L’entreprise agricole n’est pas isolée parmi les autres entreprises de France, aujourd’hui en France, le régime fiscal, le régime de charges sociales applicables à l’agriculture est un boulet qui nous pénalise dans la compétition avec nos voisins. Nous attendons de l’Europe qu’elle harmonise les conditions de la production. Mettons-nous d’abord en situation de rejoindre d’autres pays européens par notre régime fiscal et social, c’est à nous aussi de faire nos propres efforts et je sais que vous en êtes convaincus et que vous y contribuez par votre travail, y compris par le travail de nos chambres d’agriculture partout en France, et de nos syndicats agricoles qui portent une parole de responsabilité auprès des pouvoirs publics en ce moment. 

Notre département est un grand département agricole et j’ajoute que notre département est grand parce qu’il est agricole, et vos élus qui font tout ce qu’ils peuvent pour être aux côtés des agriculteurs pendant cette période difficile en ont pleinement confiance je tenais à vous le dire. Nous avons adopté le mois dernier notre nouvelle politique agricole, j’espère qu’elle vous sera utile pour améliorer encore, si c’est possible, la performance de nos exploitations dans cette période très difficile et maintenant, plein succès à tous nos exposants que je salue pour ce nouveau salon de l’agriculture et que les productions de la manche soient mieux connues par tous les visiteurs du salon. 

 




Conseil départemental de la Manche - 50050 Saint-Lô cedex - 02 33 055 550