Accueilagit au quotidienPour vivre autrementDéplacements douxSe déplacer à l’hydrogène

Se déplacer à l’hydrogène

Parallèlement au développement des véhicules électriques, le Département de la Manche a fait le pari, en 2015, de se lancer dans une nouvelle énergie propre : l’hydrogène.

Comment fonctionne une voiture à hydrogène ?

Le fonctionnement de la voiture à hydrogène est assez simple. Il s’agit d’un véhicule, électrique, dont la batterie est rechargée en temps réel par une pile à combustible. Un réservoir d’hydrogène alimente cette pile qui, par la rencontre entre l’hydrogène et l’oxygène, produit de l’électricité et rejette de l’eau.

Transcription de la vidéo

Le Département de la Manche : 1ère collectivité à se doter d’une station à hydrogène

En 2015, la Manche est le 1er département français à se doter d’une station à hydrogène en même temps qu’elle acquiert des véhicules qui circulent avec cette même énergie.

Quatre ans plus tard, ce sont 25 véhicules qui roulent à l’hydrogène sur le territoire de la Manche. Dix-neuf véhicules sont utilisés par les agents du Département, 2 par les pompiers de la Manche et 4 par les services de l’agglomération Saint-Loise.

Transcription de la vidéo

Face au succès de l’initiative départementale, Hervé Morin, Président de la Région Normandie, prend l’engagement d’implanter 15 stations à hydrogène dans la région. Dans la Manche, les stations seraient plus particulièrement implantées dans les villes de Saint-Lô, Cherbourg et Avranches.

L’apparition du vélo à hydrogène

Le Département de la Manche souhaite développer la filière hydrogène à plus grande échelle. En 2017, il s’est donc intéressé au vélo à hydrogène, ce qui permet de diversifier les usages de cette énergie.

Suite à un appel à projets national, un projet manchois a été sélectionné par l’ADEME (Agence De l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie). Le projet BHYKE (qui tire son nom de « bike » auquel a été ajouté « hy » pour hydrogène) a permis de tester, sur une période de 3 ans, la mobilité douce hydrogène. La volonté était de proposer une solution complète alternative à la voiture et de tester grandeur nature les vélos et leurs stations de recharge. Grâce au projet BHYKE, le Département a été récompensé à la 11e édition des Trophées du Développement Durable dans la catégorie Associations/Institutions.

Transcription de la vidéo

À noter

En 2018 et 2019, 20 vélos à hydrogène ont circulé dans 2 villes : Saint-Lô et Cherbourg. Ces vélos ont une meilleure autonomie que les vélos électriques (100 km contre 50 km pour le vélo électrique). Leur principal avantage : un temps de recharge beaucoup plus rapide puisqu’une charge complète dure 1 à 2 minutes contre 3 heures pour un vélo électrique. Mais l’expérimentation a aussi révélé que le vélo était peu maniable lorsque la batterie était vide. Des stations de recharge pour les vélos à hydrogène ont également été pensées. De la taille d’une armoire normande, elles sont plus petites que les stations destinées aux véhicules. Elles étaient visibles à Saint-Lô sur la plage verte et à Cherbourg sur le port de plaisance.

Un type de mobilité qui doit encore s’ouvrir aux particuliers

Les voitures qui roulent à l’hydrogène sont essentiellement utilisées dans un cadre professionnel. Quant aux vélos, ils ont surtout été utilisés par des salariés d’entreprises partenaires pour leur trajet domicile-travail ou les temps de pause méridienne. Toutefois, au cours de l’été 2019, les vélos à pile hydrogène ont été testés par les touristes lors de visites encadrées à Saint-Lô et en usage libre en location à Cherbourg. Sur les deux années de test, les vélos ont aussi pu être mis à disposition des bénéficiaires de l’Association Fil&Terre. Ce dernier usage, à vocation sociale, a permis à plusieurs personnes de disposer d’un véhicule pour aller à un entretien d’embauche ou se déplacer quotidiennement le temps d’un CDD.

Voir aussi