Accueilagit au quotidienPour l’attractivité et le développementFilières porteuses et economieLes filières agricolesPolitique agricole

Politique agricole

L’économie rurale étant dynamique, le Département est impliqué dans l’agriculture. Une aide de 20 millions d’euros est maintenue dans le cadre de sa politique agricole 2016-2020. Elle est le fruit d’une concertation avec les représentants de la filière agricole afin d’en définir les cadres stratégiques.

Des aides pour soutenir les exploitations agricoles du département

La politique agricole de la Manche s’articule autour de 4 grands défis :

  • Le renouvellement et le maintien des actifs agricoles                                                     
  • La viabilité et la compétitivité des filières et exploitations agricoles                                                            
  • Les systèmes durables et la croissance verte   
  • Les dynamiques collectives et la coopération territoriale                                                                                                     

Le Conseil départemental poursuit sa politique d’aides aux exploitations agricoles. Pour cela, il amplifie le soutien apporté aux petits investissements, favorise et développe les circuits courts et accompagne les nouveaux exploitants.

Le 1er janvier 2017, suite à la loi NOTRe (Nouvelle Organisation Territoriale de la République), le Département en lien avec la Région, a précisé ses soutiens en faveur de l’agriculture. Ainsi, le Conseil départemental privilégie certaines thématiques :

  • Les actions sanitaires
  • La solidarité vers les agriculteurs et l’action sociale
  • L’aménagement rural et environnemental
  • L’ancrage territorial et l’agrotourisme
  • La promotion des produits et savoir-faire de l’agriculture et, l’approvisionnement local des restaurations collectives et locales

Et, en 2017, le Département a mis en place une politique d’aide aux petits investissements pour que les exploitants puissent améliorer la compétitivité de leur entreprise.

La politique d’aide aux petits investissements

La politique agricole départementale en faveur des petits investissements pour les exploitations agricoles a été mise en place en 2017. Les bénéficiaires de cette aide sont les entreprises agricoles dont le siège social est situé dans la Manche. Il peut donc s’agir d’exploitants installés en individuel, en GAEC (Groupement Agricole d’Exploitation en Commun), en EARL (Exploitation à Responsabilité Limitée) ou en SCEA (Société Civile d’Exploitation Agricole).

Par cette politique, l’objectif du Département est de participer à la performance globale des exploitations en leur proposant une aide facilement accessible. Elle leur permet d’investir dans du matériel ou des équipements qui améliorent la performance des exploitations.

Voici les thématiques définies comme prioritaires en 2019 :

Découvrez les aides aux petits investissements agricoles et les conditions d’attribution dans le guide des aides

L’aide aux petits investissements est un vrai succès dans le Département. Depuis sa création, près de 1 300 dossiers ont été accompagnés pour un montant de 4.5 millions d’euros.

Un exemple d’aide aux petits investissements :

À Sottevast, dans le nord de la Manche, une exploitante agricole de plus de 40 ans s’est installée. Dans le cadre de son installation, elle a reçu 2 aides :

  • L’une de la part de la Région, via le dispositif impulsion-installation pour les porteurs de projet de plus de 40 ans.
  • L’autre de la part du conseil départemental, pour l’acquisition d’un SmartVel (système de détection des vélâges), via l’aide aux petits investissements pour un montant de 1 600 euros.

Renforcer la qualité sanitaire des exploitations

La bonne santé des élevages revêt une importance capitale. Une maladie sur le cheptel peut impacter la productivité de l’élevage et même conduire à des restrictions de commercialisation des animaux.

Afin d’améliorer l’état sanitaire des animaux, le Département soutient financièrement le GDS (Groupement de Défense Sanitaire) de la Manche. Son action est d’améliorer l’état sanitaire des animaux domestiques et surtout d’encourager la prophylaxie ; c’est-à-dire toutes les mesures de prévention qui empêchent l’apparition, le développement ou l’aggravation de maladies. L’objectif, pour la Manche, est notamment d’enrayer la propagation de la paratuberculose bovine. Ceci, afin de maintenir la compétitivité du lait produit dans la Manche sur les marchés nationaux et internationaux.

Renforcer la dimension économique de la filière équine

Par le vote du Plan Manche Cheval 2019-2021, le Département poursuit son soutien à la filière équine. Il souhaite que les acteurs en développent la dimension économique. Le dispositif d’aide aux petits investissements agricoles englobe dorénavant les éleveurs équins. L’aide est destinée à des équipements bien spécifiques :

  • Clôtures pour les paddocks pour permettre une meilleure gestion du pâturage
  • Chemins d’accès aux pâturages
  • Adduction d’eau dans les prairies
  • Matériel nécessaire à la fauche (faucheuse, andaineur, broyeur)

Par ailleurs, le Département accompagne la filière pour en préserver la spécificité territoriale. Il soutient l’élevage. Cela passe par la recherche d’excellence sanitaire et la volonté de développer un réseau avec les vétérinaires pour lutter contre les épidémies. Enfin, le Département soutient les actions dont l’objectif est de multiplier les opérations de commercialisation entre vendeurs et acheteurs afin de favoriser les transactions locales entre éleveurs et acheteurs (centres équestres notamment) de la Manche.

Le Département développe des outils de proximité pour favoriser l’implantation de jeunes agriculteurs ou la vente de produits locaux

Lorsque de jeunes agriculteurs s’installent, ils sont souvent à la recherche de terres. Le Département soutient les espaces test via l’association Biopousse. Ainsi, les agriculteurs juniors peuvent tester un modèle économique ou s’installer durablement sur ces terres.

La collectivité accompagne également les gestionnaires et cuisiniers des collèges pour augmenter l’approvisionnement des cantines en produits locaux. Les gestionnaires peuvent, par le biais du site saveurs-locales, se fournir directement auprès des agriculteurs du territoire.

Voir aussi