Accueilagit au quotidienPour l’attractivité et le développementFilières porteuses et economieLes filières agricolesFilières agricoles

Filières agricoles

Avec 73 % du territoire consacré à l’agriculture, la Manche est un département rural et agricole. L’agriculture de la Manche, c’est 1.4 milliard d’euros de chiffre d’affaires, 8 000 exploitations et 11 800 emplois. L’agriculture manchoise est très diverse même si le lait reste la production dominante.

la prédominance du secteur laitier dans l’agriculture de la Manche

60 % des exploitations manchoises sont des exploitations laitières. En 2017, la Manche c’est :

  • 246 400 vaches laitières sur les 574 000 que compte la Normandie. La Manche est le 1er département par la taille de son troupeau de vaches laitières devant l’Ille-et-Vilaine.
  • Plus de 1,6 milliard de litres de lait sur les 3,74 milliards de litres produits par la Normandie. Cette production fait de la Normandie la 3e région laitière française.

Cette dominante laitière permet à la région d’être la 1ère en termes de production de fromages au lait de vache, de beurre et de crème. En effet, plus de 80 % des camemberts français sont fabriqués en Normandie ainsi que 40 % des fromages frais français. Le beurre et la crème représentent le 1/3 de ce qui est produit au niveau national.

À noter :

Une AOP (Appellation d’Origine Protégée) sur certains produits (Camembert de Normandie, Livarot, Neufchâtel, Pont-l’Évêque ainsi que crème et beurre d’Isigny) récompense le savoir-faire et la qualité des produits. Les 4 fromages normands bénéficiant de l’AOP, avec 10 000 tonnes de fromages fabriqués, représentent 6 % du volume des fromages français au lait de vache sous Appellation d’Origine.

CARTE AOP  

La viande, un autre secteur bien présent dans le Département

La viande bovine : le second secteur de production

La filière viande revêt une certaine importance. Dans la Manche, on dénombre :

  • 758 000 bovins, ce qui en fait le 1er cheptel français
  • 61 500 tonnes de viande bovine en 2017

La Normandie est la 4e région en nombre de bovins. Elle possède 12 % de l’effectif des bovins français. Quant à la production de viande bovine et l’abattage bovin total, ils placent la Normandie au 3e rang français. La première source de viande bovine provient des vaches de réforme.

La viande porcine

La production porcine normande représente 5 % de l’effectif porcin national, plaçant la région en 4e position. La Manche concentre à elle seule 57 % de l’effectif régional avec ses 386 700 porcs.                                                                                                    

La filière ovine bien présente dans le département

Les ovins sont plus de 52 000 dont 10 000 moutons de prés-salés. Ces derniers sont élevés sur les prairies du Mont-Saint-Michel, sur la côte ouest du département et autour de la Hague. La filière ovine normande est presque exclusivement tournée vers la production de viande. 6 200 exploitations normandes (17%) détiennent un troupeau ovin viande.

La Manche est le 1er département français en nombre d’exploitations à détenir un troupeau de brebis mères nourrices.

La Manche est le berceau de 3 races locales :

  • Le Cotentin (sur les zones intérieures des terres)
  • L’Avranchin et le Roussin (sur les zones littorales). Leurs effectifs se maintiennent grâce à leur rusticité (bonne aptitude aux conditions d’élevage en plein air)

La filière ovine est reconnue grâce à l’AOC (Appellation d’Origine Contrôlée) obtenue en 2009 pour les agneaux des prés-salés. Elle récompense le savoir-faire des éleveurs, les conditions d’élevage ainsi que la qualité de la viande.

La production légumière entre terre et mer

En 2017, dans la Manche, 5 500 ha étaient consacrés à la culture maraîchère sur les 8 200 ha de la région. Ce chiffre en fait le 15e département français pour sa surface en cultures légumières. Sur les 1 000 exploitations légumières de Normandie, la moitié se situe dans la Manche. Celles-ci sont localisées principalement autour du Val-de-Saire, sur la côte ouest et dans la baie du Mont-Saint-Michel.

Le département est 1er au niveau national pour certaines productions :

Poireaux : 40 700 tonnes

Navets potagers : 7 000 tonnes

Choux : 13 400 tonnes

Et il est au 2e rang pour les 68 000 tonnes de carottes produites.  

Les maraîchers se sont engagés dans une démarche de qualité : la carotte et le poireau des sables ont le prestigieux Label Rouge. La production légumière est aussi valorisée par des usines de transformation. Ainsi, le développement du groupe Florette qui produit la salade en sachet, permet aux producteurs de se diversifier et de faire face à la concurrence étrangère. La plupart des surfaces en salade sont destinées à ce débouché.

La conchyliculture : une production côté mer  

La majeure partie de la production conchylicole normande se situe dans la Manche.

En 2017, on dénombre :

  • Près de 24 000 tonnes d’huîtres
  • Plus de 16 600 tonnes de moules
  • 300 tonnes de palourdes

Sur la côte ouest du Cotentin (de Granville à Portbail), l’huître brassée par des courants forts a un goût plutôt corsé et iodé. L’huître de Saint-Vaast-la-Hougue sur la côte Est se caractérise par son côté charnu et son goût de noisette. Quant à l’huître de la baie des Veys, son caractère charnu lui vaut l’appellation « d’huître spéciale d’Isigny ».

En outre, le port de Granville participe également au rayonnement de la conchyliculture. Il est le 1er port coquillier de France avec 8 500 tonnes débarquées dont plus de 2 600 tonnes de bulots.

À noter

Le 7 février 2019, le Bulot de la Baie de Granville a obtenu l’Indication Géographique Protégée (IGP), une reconnaissance au niveau européen et une protection dans sa dénomination.

Le cidre : une autre spécialité reconnue

Le verger cidricole normand produit chaque année entre 300 et 350 000 tonnes de fruits à cidre. La Normandie représente 54 % de la production de vergers basse-tige. Elle est la 1ère région française en termes de production de pommes à cidre et de produits cidricoles. Les cidres produits en Normandie sont différents d’une région à l’autre, ce qui permet d’avoir de la diversité. Le cidre est un produit reconnu.

En 2000, tous les départements normands y compris celui de la Manche sont couverts par l’Indication Géographique Protégée (IGP) du Cidre de Normandie.

En 2016, un arrêté homologuant l’appellation « Cidre Cotentin » a été publié au Journal Officiel. L’INAO (Institut National de l’Origine et de la Qualité) votant favorablement pour que le « Cidre Cotentin » figure au rang des AOC (Appellation d’Origine Contrôlée).

Deux ans plus tard, l’Union européenne lui octroie l’Appellation d’Origine Protégée (AOP).

Le cheval de sport

Avec plus de 20 000 chevaux, 3 000 naissances, 2 000 entreprises et 3 500 emplois, le cheval est un élément important pour la Manche. Le secteur équin est principalement tourné vers le sport. En attestent les nombreuses compétitions ainsi que les différents équipements d’entraînement ou de formation présents sur tout le territoire.

Pour avoir plus d’informations sur le cheval de sport

Des filières agricoles enseignées sur le territoire et soutenues par le département

Des établissements d’enseignement professionnel dispensent une formation aux métiers de l’agriculture. Ils sont destinés aux jeunes comme aux moins jeunes ayant l’envie de travailler dans le milieu agricole.

Ces établissements sont au nombre de 27 et sont de différentes natures : lycées, Maisons Familiales Rurales (MFR), Centres de Formation pour Apprentis et Centres de Formation pour Adultes (CFA). Ils ne dispensent pas le même enseignement, les écoles étant plus ou moins spécialisées dans un domaine agricole. Par ces études, les éleves peuvent devenir salarié agricole ou avoir les bases pour devenir exploitant agricole.

Enfin, pour soutenir les différentes filières agricoles, le Département a mis en place un plan de politique agricole. Cette politique agricole a pour vocation d’aider les professionnels à améliorer leurs exploitations.

Voir aussi