En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites. En savoir plus

Ok

Devenez ambassadeur de la Manhce

Tromelin, l'île des esclaves oubliés

31 mars au 4 novembre 2018
Musée, Salle du Seigneur

Exposition itinérante réalisée par le Château des Ducs de Bretagne – Musée d'histoire de Nantes et l'INRAP en 2015
Exposition d'intérêt national

Parti de Bayonne le 17 novembre 1760, l’Utile, un navire de la Compagnie française des Indes orientales, s’échoue le 31 juillet 1761 sur l’île de Sable (aujourd’hui île Tromelin), un îlot désert de 1 km² au large de Madagascar. Il transporte 160 esclaves malgaches achetés en fraude, destinés à être vendus à l’île de France (l’Île Maurice actuelle).
L’équipage regagne Madagascar sur une embarcation de fortune, laissant 80 esclaves sur l’île, avec la promesse de venir bientôt les rechercher. Ce n’est que quinze ans plus tard, le 29 novembre 1776, que la Dauphine, placée sous le commandement de Tromelin approche l’île. Les esclaves survivants, sept femmes et un enfant de huit mois, sont sauvés.

À travers le naufrage et la survie des rescapés de l’Utile, c’est un pan de l’histoire maritime et la question de la traite et de l’esclavage dans l’océan Indien qui sont abordés. Cette exposition est l’occasion de présenter les résultats des travaux conjoints, terrestres et sous-marins, du Groupe de recherche en archéologie navale (Gran) et de l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap) aux abords de l’île. En effet, l’étude de ce naufrage et de la vie des rescapés a fait l’objet d’une recherche pluridisciplinaire, afin d’élucider les circonstances du drame et de documenter au mieux les conditions de vie des survivants.

Carte de Madagascar et TromelinZoomTrajet en bateau : 10 jours en 1761, en avion 1h30 en 2015

Vue aérienne de Tromelin. Photo Nelly GravierZoomPhoto Nelly Gravier

Les recherches effectuées ont nécessité une équipe pluridisciplinaire, dépassant le dialogue entre sources historiques et vestiges archéologiques : géomorphologue, anthropologue, archéozoologue et ornithologue. Tromelin est un rare exemple de fouilles sous-marines et terrestres simultanées. Cette approche était indispensable : c’est en effet avec les débris du bateau que les naufragés ont fabriqué les objets de leur vie quotidienne (outils et ustensiles de cuisine). Les recherches archéologiques ont donc permis d’étudier les conditions de survie et de replacer cette tragédie dans l’histoire de la traite et de l’esclavage dans l’océan Indien.

La découverte d’un grand nombre de documents d’archives a permis d’éclairer le contexte historique, l’armement, le voyage et les circonstances du naufrage de l’Utile. Mais les informations recueillies concernant les années passées sur l’île par les Malgaches rescapés se réduisaient à peu de chose.

Exposition réalisée en assiciation avec le groupe de recherche en archéologie navale et les Terres australes et antarctiques françaises

Textes extraits du dossier de presse conçu par le Château des Ducs de Bretagne

BD de Sylvain Savoia

Sylvain Savoia a suivi une mission archéologique sur Tromelin. Il a en créé une très belle bande-dessinée où il entremêle l'histoire du naufrage et des esclaves oubliés avec le récit des fouilles.
Coll. Aire libre aux éditions Dupuis


logo en savoir plus

Mini bibliographie

Mémoire d’une île / Max Guérout
CNRS Éditions, Collection Alpha

Tromelin. L’île aux esclaves oubliés / Max Guérout et Thomas Romon
CNRS Éditions, coédition avec l’Inrap

Esclaves et négriers / Max Guérout
Collection Voir l’Histoire - Fleurus Jeunesse
Inclus le film Les esclaves oubliés de Tromelin coproduit par MC4, Canal overseas productions, TV Rennes 35/ Rennes cité media, INRAP et réalisé par Emmanuel Roblin et Thierry Ragobert

logo Château des Ducs de Bretagne

logo INRAP

logo GRAN

logo TAAF

logo SHOM

logo Ministère des Outre-mer