En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites. En savoir plus

Ok

Youtube : la chaine TV Manche

Flickr : albums des grands évènements

Youtube : la chaine TV Manche

Youtube : la chaine TV Manche

Voir toutes les rencontres avec un Manchois

BRIGITTE RICHART

05/10/2015

Triptyque gagnant

À l’instar de la roseraie plantée dans les jardins de Christian Dior, c’est à Granville que s’épanouit depuis plus de 10 ans cette nomade des arts et des lettres.

card.photo2.description

card.photo3.description

card.photo4.description

À voir jusqu’au 1er novembre :

« Dior, la révolution du New look », au musée Christian Dior
et « 1715-2015 Granville-Monaco, Rêver l’histoire… », au musée d’art
moderne Richard Anacréon.

Plus d'information

 

L’un est la maison d’enfance du célèbre couturier, l’autre présente les collections d’un Granvillais ami des artistes, le « petit dernier » consacre le passé de la cité corsaire… Telle une mère attentive, la conservatrice Brigitte Richart veille sur ses trois musées avec enthousiasme.

S’ils ont été confiés à cette quadra dynamique, ce n’est pas un hasard. « J’ai un peu tricoté mon itinéraire moi-même. » Parisienne d’origine, formée en communication au Celsa puis en histoire de l’art à l’École du Louvre, elle a enchaîné les postes, « souvent des créations, avec tout l’inconfort mais aussi toute la liberté que ça induit » : ministère de la Culture, mécénat d’une grande entreprise, Mémorial de Caen, musées à Lyon, Carnac, Dinan… « Ces expériences courtes et enrichissantes m’ont obligée à me remettre en question, à inventer de nouvelles choses. »


Esprit d’équipe…

Malgré ses fourmis dans les jambes, elle s’est posée en 2004, à Granville.« J’y ai des attaches affectives et familiales fortes. Mon mari a quasiment usé ses fonds de culotte dans monbureau, le musée Anacréon est implanté dans son ancienne école ! »

La naissance de deux enfants, un cadre de vie privilégié, ont estompé sa hantise de la routine. Comme ses nouvelles missions. « La direction des musées n’a jamais existé à Granville et nous avons dans les trois structures des personnes de grande qualité, qui prennent plaisir à travailler ensemble, échanger leurs savoir-faire. Je fais une priorité de cette ouverture, j’aime les gens heureux au travail, qu’un visiteur me confie sentir un esprit accueillant. ».

Réduction des dépenses publiques et mutualisation des moyens sont pour elle un stimulant, comme la volonté d’élargir l’offre à tous les publics, « surtout ceux qui sont peu familiers de la culture et des arts ».

 

… et d’ouverture

Le musée Christian Dior, « avec tout ce que cette personnalité, intimement liée à la marque, véhicule de rêve », accueille 40 000 visiteurs par été, « une clientèle atypique, jeune, internationale ».

Quand elle en a pris la tête, Brigitte Richart a initié un dispositif de tarification incitant les estivants à visiter les trois musées, puis proposé à la nouvelle équipe municipale, en 2014, d’appliquer la gratuité pour les moins de 26 ans dans les deux musées de la Haute-Ville.

Le musée Anacréon, qui attire surtout les Franciliens, a quasiment doublé sa fréquentation en 10 ans, grâce à une diversification vers les familles… Celui d’art et d’histoire, « plus régional, à l’atmosphère désuète mais rassurante », est moins fréquenté. Elle prépare une rénovation avec sa nouvelle adjointe, puis un « chantier des collections ». Un « mini-service des publics » (réservations et parcours pédagogiques mutualisés, etc.), commun aux trois musées, est également en place depuis cette année.


En arpentant la promenade du Plat Gousset qui relie ses musées, celle qui fut nommée l’an dernier chevalier des Arts et des Lettres ne cesse jamais de réfléchir. Ni de s’émouvoir : « ces changements de météo dans une même journée, la mer qui part loin et revient près, les hortensias, les îles Chausey…, ce qu’a vécu Christian Dior m’imprègne au quotidien. »


> EN VIDÉO

Retrouvez Brigitte Richart au musée Dior.



Source : Manche mag' n°50 (oct-nov-déc 2015)

 





Conseil départemental de la Manche - 50050 Saint-Lô cedex - 02 33 055 550