En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites. En savoir plus

Ok

Youtube : la chaine TV Manche

Flickr : albums des grands évènements

Biodiversité : attention - rongeur envahisseur!

Cadre

Ragondin - Crédits photo : FREDON/FDGDONRagondin - Crédits photo : FREDON/FDGDON

Pourquoi le ragondin et le rat musqué sont-ils des espèces nuisibles dans nos régions ?

Ces espèces non indigènes, ne sont pas régulées naturellement dans nos milieux en raison de l’absence de prédateurs, et peuvent, grâce à leur forte capacité de colonisation des milieux aquatiques, proliférer et être responsable d’une forte dégradation des milieux (détérioration/érosion des berges, envasement des cours d’eau, fragilisation des ouvrages hydrauliques, impact sur la biodiversité…).
De même, cette présence se traduit également par des nuisances agricoles (dégâts aux cultures, dégradation des bords de champs, transmission de zoonoses …).

En matière de santé publique, il faut savoir que ces espèces favorisent le risque de leptospirose, maladie infectieuse qui peut accidentellement être transmissible à l’homme par contact de plaie ouverte ou muqueuse dans l’eau infectée par l’urine des rongeurs.

Qui peut agir et comment ?

«Depuis plusieurs années, le Code Rural encadre la lutte collective contre les ragondins et rats musqués par les Fédération Départementales des Groupements de Défense contre les  Organismes Nuisibles (FDGDON).
 
Sur la base de l’arrêté interministériel du 6 avril 2007 qui redéfinit le cadre et les modalités de lutte collective, la FDGDON de la Manche propose un nouveau programme départemental.

Celui-ci vise à une réorganisation et un renforcement des opérations menées jusqu’à présent, en vue de limiter les nuisances et dégâts par une régulation forte des populations et de protéger les milieux aquatiques ainsi que la biodiversité associée, dans une logique de développement durable.
 

Les opérations doivent désormais s’inscrire au niveau des territoires cohérents de bassins versants. La technique qui est dorénavant employée est celle du piégeage sélectif qui exclut totalement la lutte chimique. La mise en place de ce nouveau programme prévoit la constitution de réseaux de piégeurs communaux associant toute personne intéressée pour contribuer à l’effort de lutte contre ces 2 espèces (piégeurs agréés, chasseurs, pêcheurs, agriculteurs, particuliers …), la mise à disposition de matériels de piégeage et d’équipements de protection, l’octroi d’une prime à la capture de 2,50€ / prise. 

Cadre

Crédits photo – FREDON/FDGDONCrédits photo – FREDON/FDGDON

Où en est-on dans la Manche ?

En 2008, la mise en œuvre ce programme est en cours sur 6 bassins versants : Douve, Taute, Côtiers Granvillais, Sienne, Sélune, Ay.
L’objectif est de poursuivre en 2009 avec l’intégration de nouveaux bassins versants afin de couvrir l’ensemble du territoire du département d’ici fin 2010.

Les collectivités locales, l’Agence de l’Eau Seine-Normandie et le conseil départemental de la Manche co-financent l’animation, la coordination et le suivi réalisé par la FDGDON, ainsi que l’indemnisation des piégeurs. 

Le Conseil départemental verse en moyenne 25 000 € chaque année pour soutenir le programme du  FDGDON de la Manche.

En savoir +

Florence THINZILAL, chargée de mission "espèces invasives" au Conservatoire Fédératif des Espaces Naturels de Basse-Normandie - 320 quartier Le Val Batiment B - 14200 HEROUVILLE ST CLAIR Tél :02.31.53.01.05 ou 06.31.14.29.94

Cette expérience s'inscrit dans le cadre de la Charte de développement durable de la Manche, Planète Manche, Défi biodiversité et ressources en eau : en savoir plus