En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites. En savoir plus

Ok

Youtube : la chaine TV Manche

Flickr : albums des grands évènements

Les sites du conseil départemental favorisent la biodiversité

Les ruches

Dans le cadre de son agenda 21 « Planète Manche », le conseil départemental de la Manche mène des actions en faveur la biodiversité ordinaire. En partenariat avec l’association la Manche apicole, il a choisi d’accueillir des ruches sur ses sites et de participer ainsi au maintien de la biodiversité. En effet, les abeilles, en pollinisant 80% des espèces végétales, œuvrent pour la préservation d’espèces que l’on peut qualifier d’ordinaires mais qui se révèlent très importantes dans le fonctionnement des écosystèmes.
Si leur rôle primordial n’est plus à démontrer, les abeilles sont en net recul en France victimes des pesticides, bouleversements climatiques, maladies...

Faisant écho à la démarche de réduction de l’utilisation des produits phytosanitaires sur les sites du conseil départemental , cette démarche de soutien à l’apiculture s’accompagne également d’autres actions en faveur de la biodiversité ordinaire : installation de nichoirs, d’hôtels à insectes…

Le conseil départemental a signé une convention avec l’association la Manche apicole. Celle-ci a sélectionné des apiculteurs souhaitant installer des ruches sur des sites appartenant au conseil départemental et préalablement sélectionnés en raison de la présence de plantes mellifères, de leur faible exposition au vent, de l’absence de cultures traitées aux abords immédiats…
Les sites accueillant des ruches sont :
- Maison du Département (10 ruches)
- Fours à chaux du Rey et musée maritime à Regnéville-sur-mer (5 ruches)
- Musée de la poterie à Ger (5 ruches)
Mais également depuis plusieurs années
- l’Espace Naturel Sensible de la lande tourbeuse des cent vergées à Jullouville (25 ruches)
- la ferme musée du Cotentin à Sainte-Mère-Eglise (6 ruches)
d'autres sites du conseil départemental pourraient prochainement accueillir des ruches.

Les refuges à animaux

A la Maison du Département, où l’usage de produits phytosanitaires est proscrit, les auxillaires du jardin sont les bienvenus. Pour les favoriser, des nichoirs et des hôtels à insectes ont été installés.
En effet, l’implantation de nichoirs encourage l’installation d’oiseaux qui participent, dans les jardins, à limiter la prolifération excessive d'insectes et à disséminer les graines.
Quant à l’implantation d’hôtels à insectes, elle contribue à limiter la prolifération excessive d'insectes ravageurs tels que les pucerons. Nos hôtels à insectes sont prévus pour accueillir des coccinelles, des perce-oreilles, des abeilles sauvages et des chrysopes, tous très utiles au jardinier !

Les chauves-souris

> dans les bâtiments

Certains bâtiments gérés par le conseil départemental ont vu s’installer des colonies de chauves-souris.
Les chauves-souris ou chiroptères sont des espèces protégées qui doivent faire face à la disparition de leur habitat. Si la plupart de nos bâtiments accueillent des espèces assez communes telles que la pipistrelle, d’autres comme les Fours à chaux à Regnéville-sur-mer sont devenus le gîte d’espèces beaucoup plus rares comme le petit et le grand murin, le rhinolophe et l’oreillard.
Des mesures, consistant généralement en de petits aménagements, sont donc prises pour maintenir ces espèces protégées sur nos sites.

> dans les ouvrages d’art

Les ponts et autres ouvrages d’art dont le conseil départemental assure la gestion constituent des gîtes privilégiés pour les chiroptères. En effet, les anfractuosités présentes sous ces ouvrages accueillent très souvent des chauves-souris.
Aussi, le conseil départemental a signé une convention de partenariat avec le Groupe Mammalogique Normand (GMN). Dans le cadre de ce partenariat, avant de réaliser des interventions sur les ouvrages notamment des réfections de joints, les services du conseil départemental contactent le GMN qui effectue de prospections sur les ouvrages concernés. Si des chauves-souris sont présentes, des mesures de préservation sont mises en place : remise en état uniquement des fissures qui le nécessitent, installation de gîtes de substitution…
Ce partenariat permet de préserver l’habitat de ces espèces souvent méconnues mais qui jouent un rôle crucial dans nos écosystèmes.

Les hirondelles

Les hirondelles de fenêtre et de cheminée sont des espèces en forte régression depuis quelques dizaines d’années. Lorsque ces espèces sont découvertes sur des bâtiments gérés par le conseil départemental , des solutions sont mises en place pour les maintenir en limitant les nuisances qu’elles provoquent notamment avec leurs déjections. Si des travaux doivent être réalisés, des nids de substitution sont installés comme ce fut le cas au collège de Torigni-sur-Vire dans le cadre de la mise en place d’une isolation thermqiue par l’extérieur. Dans cet exemple, ce sont une trentaine de nids qui ont été installés.