En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites. En savoir plus

Ok

Youtube : la chaine TV Manche

Flickr : albums des grands évènements

Voir toutes les zooms

CHERCHEUR ET INVENTEUR

03/10/2016


De retour dans la Manche après une carrière parisienne dans l’industrie pharmaceutique, Thierry Porée a trouvé un second souffle en créant Protec’Som. Une entreprise de pointe qu’il dirige avec son fils, Alexis.

 

 

card.photo1.description

card.photo3.description

PROTEC’SOM

Création : 2003

Activité : conception, recherche et développement de dispositifs médicaux pour l’asthme et l’allergie

Sites : siège et unités de production à Valognes, 2 sites à Bruxelles et Drummondville (Québec)

Effectif : 20 salariés + partenariats avec laboratoires publics et privés

Production : plusieurs centaines de milliers de dispositifs médicaux par an

Plus de 10 brevets déposés en Europe, en Amérique du nord et en Asie - Certifications ISO 9001 et 13485

Clients : particuliers et distributeurs dans 25 pays

Contact

Espace d’Armanville

24, rue du Train Renard

50700 Valognes

02 33 88 70 94

INFOS WEB

laboprotecsom.com

 

Quel est votre métier ?

L’allergie. Nous fabriquons les seules housses anti-acariens au monde certifiées ISO 13485, la norme qualité des dispositifs médicaux, et soustraitons la couture de quelques start-up. Sur l’aérosol thérapie et la déposition pulmonaire des médicaments, nous concevons des produits, faisons de la recherche et visons une place de leader, en termes de savoir et d’influence, et 80 salariés d’ici six ans.


Pourquoi avoir choisi ce domaine ?

C’est un marché énorme, sur lequel on fait des progrès importants. Il y a de plus en plus d’allergiques, asthmatiques et insuffisants respiratoires dans le monde – plusieurs centaines de millions. La voie inhalée, c’est 50 fois plus d’échanges avec le sang que la peau et plus facile à prendre que l’injectable. Mais pour 10 inhalateurs, un seul est bien utilisé. On a encore 2 000 décès d’asthme par an en France ! Nous avons un rôle à jouer grâce à nos recherches…

 

Comment devenir leader ?

En apportant un haut niveau de connaissance, différenciant, grâce à notre laboratoire, nos chercheurs, un comité scientifique de premier plan et un réseau de distribution international. Nous avons déposé des brevets sur trois continents, pour les chambres d’inhalation, les masques et une nouvelle technologie mise au point avec le Lusac*, que nous lancerons l’an prochain en première mondiale.

 

Avec qui travaillez-vous ?

L’Inserm de Tours, la faculté de médecine d’Aix-Marseille, les universités de Normandie et de Virginie, le collège de Londres… Nous avons des leaders d’opinion un peu partout, à qui nous apportons des infos techniques et qui nous aident à nous développer. Nous sommes aussi nominés pour le Prix Galien 2017 aux États-Unis. C’est une ouverture importante.

 

Être dans la Manche joue-t-il un rôle ?

Entre l’air marin et l’air malin… oui ! Nous n’aurions pas pu faire cela ailleurs, faute de moyens. Nous attirons nos recrues grâce à des projets très intéressants et ne pouvons pas nous passer des Manchois (et inversement). Être à côté du Lusac et de l’université de Caen, avec des activités complémentaires aux nôtres, est une chance. Nous allons créer un pôle très spécialisé.

 

Votre force est l’innovation ?

Comme pour toute entreprise de notre taille, face à certains géants, ce sont les avances technologiques qui nous permettent d’évoluer puis d’exister. Et une capacité à réagir très vite, l’agilité des TPE et d’une grosse équipe de recherche, beaucoup de souplesse et d’imagination. Comme l'a dit Gandhi, « pour réussir les défis de la vie, nul besoin d’être le plus fort ou le plus rapide, mais il faut être le plus persévérant. »

 

* Laboratoire universitaire des sciences appliquées de Cherbourg


Source : Manche mag' n°54 (octobre-novembre-décembre 2016)

 

Source : Manche mag'54