Abonnementx

Vous devez être identifiè pour avoir accés à vos abonnements.

devenez ambassadeur de la Manche

Burkina Faso

L'une des demeures réalisées par le conseil général de la Manche : le projet EPNDe nombreuses associations de la Manche ont des attaches avec le Burkina Faso. Aussi, le conseil général de la Manche a souhaité pérenniser ces démarches et favoriser la mise en place d’un réseau maillé d’acteurs impliqués au Burkina Faso.
 
Avec l’appui d’Horizons solidaires, le conseil général de la Manche anime une plateforme régionale Burkina Faso : elle permet de créer des liens entre les projets d’associations.

Aujourd’hui, le conseil général insuffle et soutient, notamment, les projets des associations AD3A « Aide au Développement Agricole et à l’Autonomie de l’Afrique » (Saint Lô - Manche) et CIDI « Coordination d’Initiative et de Développement Intégral » (Dissin – Burkina Faso) qui participent ensemble aux relations Nord-Sud, sous une forme active et citoyenne.
 
Il s’agit notamment de participer à l’émergence d’activités productives et rémunératrices au Burkina Faso, avec la mise en place de formations spécifiques accompagnées d’une alphabétisation systématique.

Parallèlement, et afin de permettre le fonctionnement de ces formations, l’association AD3A implique des jeunes de la Manche en difficultés sociales ou d’insertion, dans un travail de sensibilisation à une autre culture et de transmission et valorisation de leurs savoir-faire technique (mécanique, maçonnerie, maraichage, etc.). Ces échanges de jeunes fonctionnent bien et sont aussi bénéfiques aux Manchois qu’aux burkinabés.
 
Les financements du conseil général de la Manche, qui sollicite régulièrement le Ministère des Affaires Etrangères et Européennes et la Région Basse-Normandie, ont permis de construire un véritable quartier dédié à la formation professionnelle, doté d’une salle polyvalente, d’une bibliothèque, d’un espace publique numérique, d’une école des métiers. 

Un nouvel axe de coopération concerne le développement de l’agriculture. La population ne dispose pas d’assez de réserves alimentaires pour subvenir à ses besoins entre deux récoltes.

<< Page précédente