En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites. En savoir plus

Ok

Youtube : la chaine TV Manche

Flickr : albums des grands évènements

Youtube : la chaine TV Manche

Flickr : albums des grands évènements

Discours du Président du Conseil départemental

Discours du président du conseil départemental, Marc Lefèvre, suite à son élection

Discours du président du conseil départemental, Marc Lefèvre, suite à son élection

Salle des session à Saint-Lô - 06/11/2017


Mes Chers collègues,

C’est avec émotion, gravité et humilité que j’accueille ce vote. Soyez assurés que je m’efforcerai de répondre à la large confiance que vous venez de me témoigner. J’y suis très sensible et je vous en remercie vivement.

________________________________________

Humilité car impressionné aussi par la stature de mes prédécesseurs.

Sans remonter jusqu’à l’intimidant Alexis de Tocqueville, je veux ici saluer la mémoire de Léon Jozeau-Marigné, le président de la mise en œuvre de la décentralisation, de Pierre Aguiton, le promoteur des richesses culturelles et patrimoniales de notre département. Je salue ici la présence de Jean-François Le Grand, dont j’ai eu l’honneur d’accompagner les 17 années de présidence. Il a été le passeur du 20ème au 21ème siècle pour notre département, et a initié notamment les premières structures du Haut débit numérique ou des Energies Marines Renouvelables.
Sans oublier bien entendu notre collègue Philippe Bas, ancien ministre, président de la commission des lois du Sénat, notre Président qui a conduit et construit cette majorité et a impulsé des orientations nouvelles fortes pour l’avenir de notre département.

________________________________________

A travers vous, mes chers collègues, c’est à tous les habitants de ce département que je veux m’adresser en premier, conscient des responsabilités que vous me confiez, de leurs attentes et de leurs besoins.

J’aime ce département de la Manche ; comme mes aïeux aussi loin que je puisse remonter. J’y suis né, j’y ai grandi, j’y ai exercé mon activité professionnelle et, me suis, depuis plus de trois décennies, mis au service de ses habitants.
J’en aime la variété des paysages, la terre, la mer, le bocage et les marais. Mais plus encore, la qualité de vie préservée grâce aux valeurs humaines profondément ancrées dans notre « vivre ensemble ».

________________________________________


Cette élection est particulière mais pas singulière puisque, comme dans près d’un quart des départements de France, la loi sur le non-cumul des mandats a conduit notre Président Philippe Bas à renoncer, bien malgré lui, à cette fonction. Je voudrais lui adresser un message à la fois d’amitié, je dirais même d’affection, un message d’estime et de gratitude. Bien sûr, il reste des nôtres.
Nous savons encore pouvoir compter sur son assistance, son conseil et je sais qu’il sera notre meilleur ambassadeur chaque fois que nous lui en ferons la demande et dès lors qu’il le jugera nécessaire dans ses travaux parlementaires. Merci Philippe.

________________________________________

Je tiens à saluer et honorer également la volonté d’union et de cohésion qui s’est exprimée individuellement et collectivement au sein de notre majorité, se traduisant ainsi par une candidature partagée.

________________________________________

J’adresse un salut cordial à vous mes chers collègues du groupe des élus socialistes et républicains. Je souhaite que nous puissions continuer dans le même état d’esprit constructif et positif qui nous a liés jusqu’ici les uns aux autres.

________________________________________

Je tiens à remercier également notre collègue Bernard Tréhet qui, avec le même secrétaire, en tant que doyen de cet hémicycle et pour la troisième fois en moins de trois ans, a présidé au renouvellement de la gouvernance de cette Assemblée. La première fois, c’était en 2015, après le renouvellement total du Conseil général devenu Conseil départemental, avec un nouveau mode d’élection instituant la parité au sein de cantons redimensionnés et redécoupés.
Des candidats, élus, selon le Premier ministre de l’époque « pour écrire la dernière page des Départements » puisque leur fin était initialement programmée pour 2020.

Plus ancienne collectivité de la République, créé en même temps que les communes en décembre 1789, le Département reste l’un des derniers points de stabilité, bien identifié, dans l’organisation territoriale française particulièrement mouvante ces dernières années.

Les mutations économiques sociétales, les nouveaux modes de communication, les informations du monde à portée du village, les soubresauts de l’univers à portée d’écran, heure par heure, sont de nature à inquiéter et à susciter angoisse, interrogation et peur chez certains de nos concitoyens.

________________________________________

Les taux d’abstention ou le succès des partis extrêmes aux récentes élections démontrent, s’il en était encore nécessaire, le besoin exprimé par nos concitoyens de repères, de caps, le besoin de proximité, ce lien qui soutient et qui rassure. Mais aussi l’attente d’une boussole, celle qui indique la direction à suivre, les efforts à produire ensemble pour assurer le meilleur avenir possible pour nous-mêmes et nos enfants.

A mi-chemin entre la commune, cellule de base de notre République, et les régions devenues plus grandes et donc encore un peu plus éloignées, le département représente aujourd’hui ce repère, cette boussole, le maillon de stabilité connu et apprécié. Il permet de répondre aux attentes de proximité exprimées par nos concitoyens.

Proximité renforcée par notre mode d’élection, nous sommes tous et toutes ici individuellement et personnellement élus par les électeurs de nos 27 territoires. Nous les connaissons et ils nous connaissent.

Proximité aussi du fait de nos compétences. La loi Notre a d’ailleurs réaffirmé, en ce sens, le rôle central de la collectivité départementale dans l’exercice des solidarités et de la cohésion territoriale et sociale.

Quel maillon territorial exercerait mieux aujourd’hui à la fois ce rôle de proximité aux habitants comme aux territoires, et la conduite du changement, des mutations nécessaires, pour s’adapter au monde de demain ?

D’ailleurs, jamais démonstration n’a été faite que la suppression d’un échelon administratif pourrait créer des économies ; car ce que nous faisons aujourd’hui, d’autres devraient apprendre à le faire demain.

C’est donc avec beaucoup de détermination, de conviction du bien-fondé de de notre action que je vous propose de poursuivre les orientations que nous avons reconnues comme stratégiques pour le département de la Manche.
________________________________________

Nous sommes à mi-parcours de notre mandat, je vous propose de n’en rien changer mais de les poursuivre telles que nous les avons approuvées et engagées depuis ce début de mandat.

Je réaffirme ici notre triple engagement :

-    Proximité au service des habitants
-    Proximité au service des territoires
-    Proximité au service du développement et de l’Attractivité de notre département.
________________________________________

Nous remplirons également par conviction notre mission de solidarité et d’accompagnement auprès de tous nos concitoyens ; notamment les plus en difficulté en privilégiant toujours la prévention, que ce soit pour l’aide sociale à l’enfance ou la dépendance des personnes handicapées ou des personnes âgées. Le maintien à domicile passe par exemple par l’adaptation du logement ou une réflexion autour de l’offre d’habitat.

________________________________________

Nous devons continuer à faire preuve d’innovation et de persévérance également pour remettre en mouvement ceux qui, ne trouvant plus leur place par le travail, ont perdu confiance et estime de soi.

________________________________________

Dans notre contexte d’évolution démographique, il nous faudra aussi proposer la meilleure offre éducative à nos enfants notamment des collèges, quelles qu’en soient les difficultés, car on ne peut pas se résoudre à voir une trop grande partie de notre jeunesse sans emploi, faute de formation suffisante.

________________________________________

Le Conseil départemental est au service et à l’écoute des territoires par des initiatives parfois uniques en France :

-    au sein du M9, en synergie avec les 8 établissements publics de coopération intercommunale manchois, dont le dernier s’est réuni il y a quelques jours à Valognes.

-    au sein du G5, en partage d’expérience avec les 4 autres Départements normands et leur présidents que j’ai d’ailleurs pu rencontrer lors du récent congrès national de l’ADF à Marseille.

-    au sein du G6, en échange sur la stratégie, l’attractivité et l’économie avec la Région.
Je solliciterai d’ailleurs dès demain un rendez-vous avec le Président de la Région Normandie afin d’échanger sur la place de la Manche et  ses projets d’avenir au cœur de la Normandie.
________________________________________

Cette proximité et ce service aux territoires passent avant tout par ce maillage serré des 65 bourgs-centres de notre département. Ils apportent à nos habitants l’essentiel des services de proximité au quotidien.

Le Département encouragera d’ailleurs en ce sens, toutes les formes de mutualisation ou de regroupement communal qui viendront conforter ces pôles de service.

Le Département viendra également en appui dans le cadre des contrats de territoire auprès des autres communes rurales qui jouent un rôle essentiel pour la cohésion sociale et la relation de première proximité auprès de leurs habitants.

________________________________________

En ce qui concerne le développement, notre assemblée soutiendra les filières majeures de notre département, telles que l’agriculture et l’agroalimentaire, toutes les activités liées à la mer et à son littoral, les ressources marines, les activités nautiques ou l’émergence des Energies marines renouvelables.
Nous soutiendrons aussi l’activité de nos entreprises, de nos commerces encore bien répartis sur le territoire.

Nous préserverons, pour ce faire, une part forte de notre budget à l’investissement.

Cela passera par l’augmentation de la part réservée aux collectivités dans les contrats de territoires, sachant que 1 € versé génère entre 6 et 7 € de travaux.
Par ailleurs, en facilitant l’accès de la commande publique à un maximum de nos entreprises, c’est l’emploi dans le département que nous soutenons.

________________________________________

Mais quelle que soit la qualité de vie sur notre territoire, nous devons aussi aujourd’hui être bien reliés entre nous et au reste du monde, tant pour la mobilité physique que par les réseaux d’information et de communication.

________________________________________

Dans un passé récent, où nos moyens financiers étaient meilleurs, nous avons renoncé à des projets routiers devant des frondes diverses, prétendument de préservation de l’environnement.
Or, ce ne sont pas les routes qui polluent mais la nature des véhicules qui les empruntent. Avec l’électricité, l’hydrogène demain ou d’autres sources d’énergie, ces arguments sont de moins en moins recevables.

Avec le soutien espéré de la Région, nous devons continuer à améliorer un réseau routier encore insatisfaisant notamment sur la façade Ouest de notre département.

________________________________________

Il nous faudra aussi être attentif à l’amélioration indispensable des liaisons ferroviaires dont la situation s’est beaucoup trop dégradée depuis quelques décennies.

________________________________________

La difficulté de nos entreprises à faire venir des cadres, le besoin d’attirer des professionnels de santé, et la filière touristique à continuer de développer nous obligent également à renforcer l’attractivité de notre département.

Grâce à la notoriété d’entreprises performantes, aux beautés naturelles de notre département  mais grâce aussi à une politique offensive d’événements sportifs et culturels nous porterons une image dynamique bien au-delà de nos frontières.

________________________________________

Enfin à l’heure où le monde communique à la vitesse de la lumière, la Manche doit y prendre toute sa place.

Le chantier de tous les chantiers, celui qui sera notre préoccupation et notre engagement de tous les instants, c’est la réussite du déroulement de l’offre du très haut débit numérique pour tous : nos foyers, nos entreprises, nos diverses institutions.

C’est un chantier colossal pour la Manche, un chantier nouveau où beaucoup est à découvrir ou à inventer, où nous devons surmonter les obstacles les plus inattendus. Nous rencontrons des difficultés mais nous avançons, nous apprenons à les anticiper, à les éviter.

Je veux ici saluer le travail de nos équipes des infrastructures qui ont accepté cette tâche difficile, leur engagement et leur prise de compétence. Elles sont aussi les plus à même de le faire car elles ont le contact et l’habitude de travailler avec les élus des communes auprès desquels elles peuvent trouver l’assistance et les autorisations indispensables aux travaux préliminaires de génie civil.

Vouloir amener la fibre partout en 15 ans est un véritable défi, mais nous avons l’obligation du résultat. Souvenons-nous qu’il a fallu du temps, parfois des décennies, pour amener l’eau, l’électricité ou le téléphone dans tous les foyers.
Nous redoublerons d’efforts pour permettre l’accès au numérique du plus grand nombre et c’est ensemble que nous y arriverons !

________________________________________


Tout ceci devra se conduire, vous le savez, dans un contexte budgétaire contraint. Nous adhérons à la nécessité de réduire la dette publique en limitant nos dépenses de fonctionnement.

Nous serons, malgré tout, vigilants sur l’engagement de l’Etat, comme il s’y était d’ailleurs engagé au moment des transferts de compétence, à compenser financièrement les dépenses notamment celles des Allocations Individuelles de Solidarité que nous versons pour son compte ; que ce soit le RSA, l’APA, la prestation compensatoire du handicap. Et nous sommes, vous le savez, bien loin du compte.

L’Etat ne peut pas d’un côté réduire ses dotations et de l’autre nous demander de supporter des charges supplémentaires liées à ses compétences qu’il nous a transférées.
 
C’est le message que nous avons transmis au 1er ministre, droite et gauche réunies, lors du récent congrès de l’ADF à Marseille.
Notre volonté est de limiter au maximum l’évolution des dépenses de fonctionnement afin de maintenir, et si possible d’accroître, notre capacité d’investissement, sans augmenter l’impôt, tout en diminuant progressivement la dette.

Nous n’avons pas d’autre choix que cet étroit chemin de crête, nous l’avons tenu et continuerons à le faire.
________________________________________

Ma dernière adresse et non la moindre va à tous nos collaborateurs.

Je connais et je mesure, chaque jour, la qualité et la valeur de votre engagement. Chacun d’entre vous, là où il agit, est l’image de notre institution ; il la représente.

Je sais combien compte pour vous les valeurs du service public ; la fierté de servir vos concitoyens.

Rien de notre volonté et de nos engagements politiques n’est possible sans votre action. Il s’agit de la loyauté nécessaire du fonctionnaire territorial envers l’institution démocratique qu’il sert.

S’il appartient aux élus de décider de l’action politique, c’est de la responsabilité de l’administration et de ses agents de la mettre en œuvre.  

Aussi, je m’appuierai sur l’expertise de la direction générale et de mon cabinet pour en assurer le suivi. Cette relation de confiance fonde la qualité et l’efficience même de nos institutions.

Notre monde évolue, la communication horizontale, le fonctionnement en réseau changent nos modes d’organisation et de pensée.
Je suis convaincu que celles et ceux qui sont sur le terrain, en synergie et en confiance avec leurs responsables hiérarchiques, peuvent être source de proposition, d’innovation et d’amélioration de nos modes de fonctionnement et de nos organisations au bénéfice d’un service encore meilleur.

Chacun a coutume de se plaindre des complexités administratives croissantes mais soyons nous-mêmes attentifs à ne pas en rajouter en passant plus de temps à dire ce que l’on va faire ou ce que l’on a fait, et finalement  à disposer de moins de temps pour réellement agir au bénéfice de nos usagers.

Nous sommes bien sûr dans une grande institution qui a besoin de cadre, de procédures et de règles afin d’assurer l’équité du traitement mais équité ne veut pas forcément dire uniformité. Agilisons donc notre action !

Nous avons tant à faire mais nous ne pouvons pas augmenter notre masse salariale. Je suis convaincu qu’en donnant un peu plus de latitude et d’initiative dans un cadre préservé bien sûr, nous pourrons continuer à répondre encore mieux demain aux attentes de nos concitoyens.

________________________________________

Voilà, mes chers collègues, les propos et réflexions que je souhaitais partager avec vous en ce moment particulier de notre vie départementale, en vous renouvelant ma gratitude et bien sûr en sachant pouvoir compter sur votre assistance, votre soutien et vos conseils, autant qu’il vous sera possible, avec un seul objectif : toujours mieux servir notre département et ses habitants !

Vive la Manche, vive la Normandie, et vive la France !

 

 

 

 

 

 




Conseil départemental de la Manche - 50050 Saint-Lô cedex - 02 33 055 550