En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites. En savoir plus

Ok

Youtube : la chaine TV Manche

Flickr : albums des grands évènements

Youtube : la chaine TV Manche

Flickr : albums des grands évènements

Voir toutes les rencontres avec un Manchois

TOMOS YOUNG

26/06/2017

Le langage du corps

Anglais d’origine et Manchois d’adoption, il danse comme il respire. En intégrant des artistes avec ou sans handicap dans ses chorégraphies, il donne de l’amplitude aux gestes et crée un vocabulaire nouveau, à l’éloquence magistrale.

 

card.photo2.description

Un soleil de plomb inonde le terrain multisports de l’école Lanos (Granville). La musique monte des enceintes, guide l’enchaînement des pas, une valse de gestes précis. C’est toute la vie de Tomos Young qui siège là, dans cette ambiance de travail et de concentration, où rien ne semble plus compter que les mouvements qui se jouent. En résidence à l’Archi­pel, l’artiste présente au public un extrait de sa création en cours, #onesttoutlashrien, une pièce de danse contemporaine inclusive qu’il prépare pour les Sorties de Bain. Il s’élance et s’arrête, s’enroule autour du fauteuil roulant de sa par­tenaire… s’adapte en permanence, sautillant d’un point à l'autre, tour à tour danseur et chorégraphe.

 

Une troisième langue

Né à Londres, il a passé son enfance à Granville et le plus clair de son temps libre dans l’école de danse de sa mère, Tina Picken, où il fit ses premiers pas à 6 ans. « J’étais blessé au genou, la danse m’a restructuré, elle m’a remis physiquement en place. » Majeur et bachelier, de retour dans la capitale britannique, il s’est formé au Bird College of Danse, avant d’intégrer la compagnie Stopgap, qui mêle artistes handi­capés ou non. Une différence qu’il fera sienne. « Cette pratique inclusive a comblé un manque. On a tous besoin de l’autre pour évoluer et grandir. Il y a tellement d’options possibles, c’est très puissant. » Parfaitement bilingue, Tomos explore une troi­sième langue, invente un nouveau langage, un alphabet commun pour tous les danseurs.

 

Les Sorties de Bain

De scènes en rues, de pays en voyages, il participe au projet européen Integrance, où il ren­contre Maylis Arrabit, atteinte d’une infirmité motrice cérébrale. Elle danse avec son fauteuil et ses cannes, instruments qui se font oublier sous l’énergie qu’elle déploie. C’est elle que le danseur nomade choisira pour sa première création en France, où il va poser ses valises en 2016, « pour rendre à une ville qui m’a tellement donné » et se produire aux Sorties de Bain, festival qu’il adore. « C’est très beau et dans la rue, on est exposé à tous les éléments, les gens sont très proches, ça nourrit. » L’opportunité est née de ce qu’il qualifie de blague, un « chiche » lancé à l’Archipel l’an dernier, quand il était bénévole. Son « improvisation structurée », pour remplacer un spectacle annulé, a séduit les organisateurs. « Ils ont pris un risque, je ne les remercierai jamais assez. »

 

Se connecter à l’autre

Au sein de sa compagnie créée en mars, Interdanse, il développe sa vision artistique, un « mouve­ment perpétuel où il y a toujours quelque chose qui se passe, de physique, d’émotionnel, même dans les silences ». Avec Maylis, mais aussi Laura, danseuse non handi­capée qu’il côtoyait sur les bancs du lycée Sévigné, Tomos Young cherche l’harmonie. Et la trouve. « La pièce s’achève par la parfaite compréhension de ce dont l’autre a besoin, l’échange est complet. » Ce que raconte ce chorégraphe sen­sible, pour qui « nous avons tous notre place et nous sommes tous liés », tient dans un profond besoin de contact humain, de connexion à l’autre. « On lance une conversation, le but est de la continuer. »

 

 

Mercredi 24 mai - « Sortie de chantier » Après quelques jours de résidence à l’Archipel, Tomos Young et sa compagnie Interdanse proposent un extrait de leur spectacle #onesttoutlashrien au public, sur le terrain multisports de l’école Lanos, à Granville. Ils joueront au festival Les Sorties de Bain, parc du Val ès fleurs, le 7 juillet à 20h15 et le 8 juillet à 17h30.




Conseil départemental de la Manche - 50050 Saint-Lô cedex - 02 33 055 550